Earthship, les maisons-vaisseaux autonomes





Les earthships sont un incroyable concept de maison inventé par l'architecte Michael Reynolds au Nouveau Mexique. Il a choisi le terme earthship ou vaisseau terre parce que ces maisons sont aussi autonomes que des vaisseaux sur l'océan. Le point le plus remarquable est la régulation thermique naturelle de ces maisons qui permet de supprimer ou de minimiser la dépense énergétique la plus importante des foyers : le chauffage. Sans aucun chauffage, la température de la maison oscille entre 18 et 22° toute l'année.


Le secret ? Il s'agit d'une maison passive en totale interaction avec son environnement, en interaction avec les saisons et en interaction avec ses habitants qui parlent volontiers de "maison organique"

Les earthships sont également nés du désir de recycler les déchets présents en abondance à ciel ouvert en Amérique latine, puisqu'ils intègrent des matériaux comme des pneus, des canettes ou des bouteilles


Mais entrons maintenant plus profondément dans le sujet et dans la manière dont ces maisons fonctionnent.


Le Confort thermique


Voici leur apparence générale : une maison en forme de bâtonnet, adossé à une serre d'un côté, et semi enterrée de l'autre. Au premier coup d'oeil on peut pressentir que cette maison fonctionne avec la chaleur du soleil d'un côté, et la fraicheur de la terre de l'autre.

Tout le génie de Michael Reynolds a été de créer la possibilité de contrôler cette interaction ciel/terre et de doser à volonté chaleur et fraicheur. C'est une maison low tech qui met les habitants dans une position de pouvoir et d'autonomie car tout y est compréhensible, accessible, et peut se vivre comme une prolongation de son corps. Nul n'est besoin de surveiller sa consommation et de stresser pour votre facture, la seule chose que vous ayez besoin de faire est d'ouvrir des portes et des trappes au moment adéquat.


Voici une vue latérale de la maison :




Quand il fait chaud dehors, les portes séparant les pièces de la serre doivent rester fermées pour que la chaleur de la serre n'entre pas dans la maison, et les trappes de la serre doivent au contraire être ouvertes pour permettre à la chaleur de s'échapper par le toit. Des puits canadiens permettent également à l'air frais de la terre (environ 15 degrés) de créer une ventilation et climatisation naturelle quand on ouvre les trappes qui leur correspondent.


Quand il fait froid dehors, on conserve la chaleur en fermant toutes les trappes et toutes les portes. Le mur du fond adossé à la masse thermique (des matériaux spécialement conçu pour emmagasiner la chaleur) libère alors naturellement la chaleur accumulé pendant la belle saison et lors des journées chaudes. C'est ainsi qu'à Taos, au Nouveau Mexique, on peut manger en débardeur dans la serre alors qu'il neige à l'extérieur.

Dans nos climats moins extrêmes, on ne poussera pas la magie à ce point mais l'on pourra être confortable dans les pièces de la maison, portes fermées.


Cette régulation thermique est également rendue possible par la présence de deux sas aux extrémités de la maison qui modèrent les températures extrêmes en faisant office de zones tampon.

Par exemple, en hiver, on pourra avoir les répartitions de température suivantes :




En été et en hiver, les portes séparant la serre de la maison doivent rester fermées pour conserver la chaleur ou la fraicheur, à la mi saison, les portes peuvent au contraire restées ouvertes.

Pour parfaire cette technologie, l'inclinaison de la serre est calculée par rapport à la latitude du lieu pour avoir un maximum de lumière en hiver (la lumière vient éclairer le mur du fond de la maison) et un minimum en été (la lumière ne dépasse pas les plantes)





Le cycle de l'eau


Earthship Biotecture, l'entreprise de Michael Reynolds définit 6 points clés auxquels répondent ces maisons : Le confort thermique est le premier point. Voyons maintenant la manière dont est gérée l'eau et le cycle de l'eau.


Le earthship étant un vaisseau autonome, l'eau pour la consommation courant provient des eaux de pluie. L'eau est récupérée par un toit en bas acier qui couvre la totalité de la surface de la maison et permet facilement de remplir trois à quatre réservoirs de 6 mètres cube. Un earthship possède donc une réserve moyenne d'eau de 19 à 25 mètres cubes ce qui est plus que suffisant pour une famille.


L'eau est de pluie est filtrée pour servir à la consommation courante (repas, cuisine douche). L'eau usée va ensuite nourrir les plantes de la serre, puis une pompe la réaspire afin qu'elles puissent servir aux toilettes, enfin l'eau sale part dans un bassin de phytoépuration à l'extérieur de la maison. La réutilisation de l'eau permet d'économiser 4 fois ce qui est consommé dans une maison classique.






L'Electricité


L'Electricité provient de panneaux photovoltaïques placées plein Sud sur la serre, et fonctionnant en lien avec des batteries et un onduleur placé installés à l'abri sur le toit. Ils prodiguent la lumière, l'électricité pour le petit électroménager, l'ordinateur, et alimentent les pompes à eau. Les circuits sont conçus de manière séparée, de sorte qu'en cas de coupure il reste toujours de la lumière, et si les pompes à eau venaient à dysfonctionner, un filet d'eau s'écoule toujours par force gravité. Un exemple de résilience jusque dans les détails.

Le chauffe eau est également solaire mais selon Pauline et Benjamin du earthship de Dordogne une bombonne de gaz à l'année est utile pour pallier un éventuel manque d'ensoleillement. (A noter que grâce aux nouveaux panneaux solaires de Carvey Ehren Maigue, les foyers devraient gagner un tiers d'énergie supplémentaire)

La cuisson des aliments se fait classiquement au gaz.


La Nourriture


Ce serait un mensonge de dire qu'un earthship assure les besoins en nourriture car la surface de la serre est évidemment trop petite, néanmoins, il permet des cultures originales. Une serre possède en moyenne 25 mètre carrés cultivables, de quoi mettre à porter de main de petites choses à grignoter. La serre d'un earthship est un biosphère particulière qui peut permettre quelques curiosités. Il est possible d'y faire pousser des espèces exotiques, et un grand nombre de plantes annuelles peuvent devenir des plantes pérennes comme les tomates, récoltables toute l'année.



Serres des earthships Phoenix et Eurogreenhouse



Pour que les plantes fonctionnent au mieux dans la filtration des eaux usées, il faut alterner différentes tailles de végétaux : plantes, arbres et arbustes. En revanche cette filtration de l'eau par les plantes ne les autorisant pas à être en pleine terre, il est bon de les amender avec du purin aux racines pour les aider à trouver tout leurs nutriments.



Le recyclage des matériaux


Au Nouveau Mexique, là où les earthships ont vu le jour, il y a profusion de déchets non recyclés et il est aisé de s'en procurer comme matériaux de construction. Michael Reynolds a donc eu l'idée de construire ses murs de fondation

à partir de pneus, et ces murs rideaux (murs séparant les pièces) à partir de canettes et de bouteilles. Les pneus ont le double avantage de conserver la chaleur alors que les bouteilles laissent passer la lumière et créent de superbes effets vitraux.

De même que pour les écodômes, les murs extérieurs sont fait de terre crue afin que la maison respire et maintienne une humidité à 50%. Il faut tasser la terre à l'intérieur des pneus et elle durcit comme de la pierre. En revanche pour des questions de temps (la terre crue nécessite de sécher pendant 3 semaines) Earthship Biotecture utilise du béton pour les sols et le reste de la maison. Le béton contribuant à la destruction des fonds marins, c'est le seul point noir de ces constructions qui apporte par ailleurs énormément de lumière, en créant une architecture en dialogue avec son environnement.

A travers le monde, les familles qui ont entrepris de construire elles mêmes leur earthship ont trouvé la liberté d'utiliser d'autres matériaux comme la terre crue partout ou le mélange terre paille. Ils pourraient être intéressant de leur demander s'ils ont retrouvé la même efficacité thermique ? Les familles occidentales qui construisent des "earthships inspirés" commencent également de délaisser les pneus, car ce n'est pas aussi pertinent chez nous qu'en Afrique ou en Amérique latine où il y a profusion de ces matériaux. Michael Reynolds a merveilleusement expliqué sa démarche de recyclage dans le film Garbage Warrior.


Earthship à Puerto Rico






Michael Reynolds, créateur des earthships



La nature des earthships


Mais l'architecte du désert est plus discret à propos de ce qui constitue l'esprit du earthship, qu'il préfère laisser parler de lui même à travers sa beauté, ses volutes, son design et son fonctionnement épousant la nature. Les earthships ont quelque chose de l'Art nouveau, de la communion naturelle, et quelque chose qui invite à une nouvelle manière de vivre.



Earthship Phoenix



Un earthship possède une fenêtre sur la nature de 30 mètres de long et une grande luminosité, il y a des arbres qui poussent dans la maison, vous avez besoin d'être en communion avec le soleil, le vent et la pluie pour maintenir la température de la maison, vous avez besoin de prendre des douches pour activer les pompes à eau, réguler l'humidité et nourrir les plantes, de sorte que votre maison à besoin de vous comme vous avez besoin de votre maison. Vous êtes en prise directe avec la terre car votre maison est semi enterrée et vous pouvez même construire certains murs à même la roche là où nulle autre maison ne pourrait s'installer. En fait vous pouvez, tel un vaisseau, vous poser partout puisque vous êtes autonome. Les murs des earthships sont rarement droits, de sorte que si vous vous engagez à construire ce genre de maison, vous vous engagez également à faire preuve de créativité dans la confection de vos meubles ou vous orientez sur un mode de vie minimaliste.


En fait c'est une maison qui a un pouvoir de transformation sur vous, parce qu'elle vous met en prise avec les éléments, en même temps qu'elle vous donne l'unique possibilité de maitriser votre environnement. Les personnes qui habitent dans les earthships disent qu'elles gagnent en confort parce que leur notion de confort est complètement bouleversée. Elles abandonnent le faux confort matériel, vécu comme un engourdissement et un état de dépendance où nous avons perdu notre courage à faire le moindre effort, pour découvrir un état de vitalité et de confort d'esprit, vécu comme un état de confiance en soi, et un sentiment de force et de sûreté. Car un earthship est une maison résiliente, low tech, où l'essentiel des problèmes peuvent être réparés sans avoir à sortir de gros chèques, sans avoir à désespérer d'un spécialiste qui va nous laisser plusieurs mois travaux inachevés car tout le monde a besoin de lui.



Earthship Lemuria



Le Coût


A la fin de la présentation, nous pouvons demander combien cela coûte et combien coûte ce changement de vie ? Selon Pauline et Benjamin du earthship de Dorgogne la construction de ce genre de maison par Earthship Biotecture coûte le même prix que la construction d'une maison par un architecte traditionnel (environ 250 000 euros pour une maison de 150 mètres carrés, comprenant la serre) A la différence que Michael Reynolds réutilise une grande partie des fonds pour financer la construction d'earthships dans les pays à risque climatiques ou du tiers monde, et à la différence que le prix est égal à une durée de présence (si le chantier avance vite, l'équipe fait plus d'ouvrages plus prévu, si le chantier avance lentement, il ne font pas les finitions. Il est donc dans l'intérêt pour les acquéreurs de faire en sorte que tout soit prêt et de mettre la main à la patte) Il est de toute façon conseiller de participer à la construction pour comprendre sa maison.

Ce coût peut être divisé par deux si les familles ne font pas appel à l'entreprise officielle et construisent elles même leur earthship. Il est aussi tout à fait possible de faire des earthships plus petits.


Les earthships dans le monde


Michael Reynolds a mis au point des mini earthships qu'il appelle "simple survival". Ce sont de simples pièces de vie d'une trentaine de mètres carré destinés à servir d'abri de survie en cas d'aléa climatique. Les earthships comme les écodômes résistent bien au tremblement de terre et au feu, et assez bien aux ouragans du fait qu'ils sont semi enterrés. Ces mini abris sont construits au centre du village pour s'assurer qu'il reste au moins une maison avec des ressources en eau et en électricité.


Earthship construit également des écoles, comme en Haiti ou en Argentine




Simple survival, privé à gauche, et communal à droite




Ecole Earthship en Argentine


.

En France en 2021, il y a trois earthships terminés et sept autres en construction. La plupart proposent des visites et des locations pour tester le concept :


Mais la place maitresse des earthships est à Taos au Nouveau Mexique où ils sont toute une communauté. C'est également le siège d'Earthship Biotecture, et un des lieux de formation pour apprendre la technique






La Cathédrale de Taos et et à gauche les bureaux d'Earthship Biotecture




C++


Crédit photos : Earthship Biotecture

Sources :

Earthship Biotecture https://earthshipbiotecture.com/

L'Archipelle https://www.youtube.com/results?search_query=l%27archipelle


Notes sur le copyright :

SolidEre UniVers autorise les internautes à republier le début de nos articles avec un lien vers notre site pour "lire la suite". En revanche, nous n'autorisons pas la republication des articles en entier. Merci!